Pensées mêlées.

L'empire fondé sur l'opignon et l'imagination règne quelque temps, et cet empire est doux et volontaire. Celui de la force règne toujours. Ainsi l'opignon est comme la reine du monde, mais la force en est le tyran.

Nous ne nous soutenons pas dans la vertu par notre propre force, mais par le contrepoids de deux vices opposés, comme nous demeurons debout entre deux vents contraires. Ôtez un de ces vices, nous tombons dans l'autre.

Pascal, "Pensées mêlées"

Retour page littérature